Heureux au travail ?

Bien sûr c’est évident, tout le monde le sait voyons. Un salarié heureux au travail est un salarié productif.

C’est vrai. Scientifiquement prouvé. Il aura fallu 20 années d’études sur le sujet pour en arriver à cette conclusion pourtant tellement évidente que : un salarié est 30% plus productif s’il est heureux au travail. Une hormone en serait le témoin : l’ocytocine, devenue le véritable biomarqueur du bonheur au travail. Du Taylorisme où l’on associait essentiellement la motivation à l’argent, aux découvertes concernant les facteurs de motivation intrinsèques (vs extrinsèques), la révolution est en marche. Révolu donc le temps du bâton et de la carotte pour les managers. Au XIXè siècle cela ne marche plus. Aujourd’hui il faut donner du bonheur au travail pour que les résultats augmentent.

Parfait me direz-vous. Et comment fait-on concrètement en tant que manager ?

Abandonnez vos primes à la réussite, abandonnez vos menaces de sanction, posez vous et réfléchissez un instant… Pourquoi travaillez-vous, vous-même ? Oui biensûr la question de la rémunération tient une place non négligeable. Mais pour ce qui est du véritable engagement dans le travail ? Qu’est-ce qui vous permet à vous d’entretenir cette petite flamme, cette énergie particulière qui vous rend réellement performant ? La seule perspective d’une prime le garantirait ?

Je prends le pari que non. Et Daniel Pink, totalement convaincu du contraire et fervent défenseur des motivations intrinsèques tiendrait le même discours. Si ce que l’on vous confie a du sens pour vous, si on vous fait confiance pour le réaliser, si vous avez les moyens de vous dépasser vous-même dans cette mission, et si vous avez par cette occasion le sentiment de contribuer à quelque chose de plus grand en phase avec vos valeurs… alors vous serez capable de déplacer des montagnes. N’est-ce pas ?

Le SENS DU TRAVAIL, voilà la notion qui agite aujourd’hui les entreprises et les DRH. Donner du sens au travail serait LE levier fondamental de la motivation, et du bonheur, au travail aujourd’hui. Vaste programme, qui n’a pas fini de susciter des débats et des passions.

Plus d’info avec l’APECRH dans le numéro 5 du mois de juin 2019.